Hong Kong, compte-rendu de séjour et conseils pratiques si vous aussi, vous comptez y aller !

Début 2013, nous avons décidé d’aller passer 2 petites semaines de vacances à Hong Kong histoire de découvrir cette ville* fascinante et si particulière du continent asiatique (* pour être plus exact, Hong Kong a le statut de « région administrative spéciale Chinoise »).

Je dis « nous » mais en fait l’idée vient plus exactement de Madame (comme souvent), qui, ses origines asiatiques aidant surement un peu, rêve de visiter ce lieu depuis son enfance.

« Hong Kong, mouais… Mais qu’est-ce qu’on va y foutre exactement là-bas ? Bref, on verra bien. »

Moi, personnellement, je sais pas trop dans quoi on s’embarque. Mais j’ai entendu le mot « vacances ». Donc je suis à fond.

 

 

Et nous voilà partis tous les trois

 

Pour information, le petit avait 1 an et demi à l’époque et je dois avouer que même si les billets d’avion sont à tarif réduit à cet âge-là, on a quand même eu une légère appréhension au moment de planifier notre voyage.

Concernant la compagnie aérienne, on a opté pour Air France. Ça rassure toujours d’être certain de comprendre la langue pendant le trajet quand on voyage si loin. Et puis, on aime bien Air France nous, malgré ce qu’en disent certains (ils se reconnaitront au fond de la salle), le personnel est sympa, serviable, poli et les repas très convenables.

On était à l’avant de la cabine en classe économique (ben oui) pour que notre petit poulet puisse dormir dans la nacelle fixé à la cloison en face de nos sièges. Rien à signaler pendant le trajet. Mis à part le Chinois qui puait des pieds derrière nous et qui nous a emboucané pendant les 10h de vol Paris – Hong Kong, tout s’est bien passé.

aéroport hong kong lantau

L’aéroport international de Hong Kong sur l’île de Lantau à 30km de la Ville

Ca y est. L’avion se pose enfin sur l’aéroport international de l’île de Lantau et nous foulons pour la première fois de notre vie le sol Hongkongais.

 

 

Good Morning Hong Kong !

baie de hong kong

La baie de Hong Kong – Oui, face à ça, on se sent tout petit…

Les appréhensions sont derrière nous à l’heure qu’il est. Tout du moins, on n’y pense plus. C’est déjà ça. Nous sommes maintenant à Hong Kong et impossible de faire machine arrière. On verra bien. Inch’Allah comme on dit au Luxembourg (euh… ?).

En grands organisateurs que nous sommes, avant de partir, nous avions réservé l’hôtel pour les 2 premières nuits sur place. Vous me direz, c’est quand même le minimum syndical de savoir où on va pioncer le premier soir quand on voyage à l’autre bout du monde avec un minot d’un an et demi.

Pour information, l’hôtel réservé était le « Novotel Kowloon » situé au cœur de Hong Kong, à proximité d’une station de métro et à côté de « Nathan Road », la célèbre et incontournable artère principale qui permet de traverser la ville sur plus de 4km.

nathan road hong kong

Bref, un hôtel idéalement placé avec un cadre raffiné et des prestations soignées… donc forcément, niveau budget ça équivalait à quelques choses près à la peau de mes roubignoles (ndlr : près de 180 euros la nuit à la période où nous y avons séjourné, ce qui reste tout de même un tarif moyennement élevé pour Hong Kong intra-muros).

 

 

Hong Kong, première impression :

 

La première chose qui nous frappe quand on arrive à Hong Kong, c’est cette sensation d’être plongé au cœur d’une fourmilière géante.

Ça grouille et ça fourmille littéralement de tous les côtés.

Du monde et encore du monde, partout, vraiment partout.

nathan road population

Nathan Road de nuit – Le cœur de la fourmilière

Des files d’attente aux feux rouges où plusieurs centaines de personnes attendent pour traverser à chaque passage piéton, à la circulation incessante en passant par le bruit assourdissant de cette jungle de béton… vraiment cette ambiance est particulière et change complètement de ce qu’on a l’habitude de voir par chez nous !

En fait, pour les petits sudistes que nous sommes, habitant une commune démographiquement bien ancrée entre « la petite ville et le gros village », on peut vous dire sans hésitation que ça nous a fait drôle quand on s’est retrouvé la toute première fois au milieu de cette marée humaine comme des couillons avec le minot dans la poussette notre sac sur le dos et notre guide du routard à la main.

Enfin, n’allez surtout pas croire qu’on se plaint, c’est aussi pour ça qu’on aime voyager : découvrir des paysages et des décors qui ne ressemblent en rien à ceux qu’on connaît. Pour le coup on peut dire sans hésitation aucune qu’à ce niveau, on a été servis bien comme y faut.

 

 

Hong Kong, premier soir

 

Après avoir pris possession de notre chambre d’hôtel, et malgré la nuit tombée, on décide d’aller promener et visiter les alentours. Le petit est déchainé, il a envie de courir partout et baragouine des mots incompréhensibles en rigolant. L’air Hongkongais semble l’inspirer.

Sur le trottoir en bas de l’Hôtel, le décor est vraiment impressionnant : des échoppes en tous genres bordent les rues, ça clignote de tous les côtés (restaurants, cantines populaires, stands ambulants, magasins de fringues, herboristeries, etc…), le bruit de la rue est aussi assourdissant que la foule se presse sous nos yeux. On dirait qu’Hong Kong ne s’arrête jamais de vivre et ne dort jamais.

rue hong kong

Scène de rue à Hong Kong

Cette agitation est tellement forte qu’on ne sait plus vraiment où donner de la truffe.

Personnellement, ça me plaît, à ma femme également et le petit semble toujours autant apprécier son début de vacances. Que demander de plus ? On n’est pas bien là ? Empêche-nous !

On va s’acheter un truc à bouffer histoire de se requinquer et on continue encore un peu notre exploration urbaine, la gueule enfarinée, avant de retourner à l’hôtel pour une bonne nuit d’un sommeil qu’on espère réparateur.
Pour l’anecdote en parlant de nuit de sommeil… avec le décalage horaire qu’on s’est pris dans le cornet, cette nuit sera tout sauf bénéfique puisqu’à 2h du matin, après avoir roupillé 2 ou 3 heures, on avait les yeux ronds comme des billes…

 

 

Les Hongkongais alors ça donne quoi ?

 

En bon être humain que je suis, j’étais naturellement parti à Hong Kong des clichés pleins les poches et des idées reçues débordant de mon escarcelle. Les Hongkongais que je voyais comme des petits cousins des Chinois limitrophes ne m’inspiraient pas une confiance aveugle, je dois bien l’avouer.

Bon, je m’explique avant de me faire traiter de con : je n’ai rien contre les Chinois ni contre personne d’ailleurs sur cette terre, mais je suis assez impressionné par leur froideur et leur apparente « rusticité » dirons-nous…

Clairement, je pensais sincèrement que ce serait compliqué d’un point de vue humain ces vacances.

Bien mal m’en a pris. Nous avons vraiment découvert une population accueillante, des gens polis et très respectueux des règles élémentaires de la vie en communauté. Je peux vous garantir que nous autres, bons français que nous sommes, pouvons prendre des notes parce que niveau discipline, Hong Kong est à des années lumières de ce qui se passe chez nous.

Vous me direz aussi, quand on est plusieurs millions dans un périmètre aussi petit, mieux vaut être carrés sinon ça risque vite de dégénérer.

En fait, les Hongkongais s’en foutaient complètement de nous. On avait ni plus ni moins que cette sensation agréable d’être noyés dans la masse. Et ça nous a bien plu.

Ayant fait le Vietnam quelques années auparavant, on peut dire sans hésiter que la sensation n’était pas la même. On avait en effet gardé ce souvenir oppressant d’être toujours observé, limite traqués et bien souvent arnaqués quand l’occasion se présentait.

Etant moi-même d’origine Française et ma femme d’origine Vietnamienne, on dégageait surement une image peu sympathique pour les locaux qui devait prendre madame pour une prostituée locale et moi pour un gros porc d’européen venu claquer ses euros dans le vice et la luxure…

Là, à Hong Kong rien de tout ça. Les gens font leur vie et semblent n’en avoir rien à cirer de la tienne.

Après, à chaque fois qu’on leur a demandé quelque chose (en anglais, off course), on est tombés sur des personnes serviables, souvent souriantes et toujours respectueuses.

 

 

Les choses à faire sur place quand on est à Hong Kong

 

On n’a pas la prétention d’avoir tout fait. Loin s’en faut. Par contre, on a pas mal sillonné l’agglomération qu’on a traversé en long en large et en travers.

La liste des endroits et secteurs où on a trainé nos guêtres. On en recommande certains, on a moins aimé d’autres… Bref, à vous de vous faire votre propre opinion puisque ce qui plaît aux uns ne plaît pas forcément aux autres :

 

 

Nathan Road : L’artère principale dont on vous parlait un peu plus haut. Cette rue de plus de 4 kilomètres de long regorge de boutiques, échoppes et de stands de bouffe. Nous, la bouffe, on adore ça. Et découvrir les spécialités locales fait toujours parti de nos priorités quand on est quelque part.

A Hong Kong, on peut dire qu’on a été servis : Tofu mariné (le tofu est un fromage de soja), fruits de mer panés, tripes frites (oui oui, et c’est très bon !), calamars grillés et assaisonnés, on s’est vraiment cassé le bide à chaque fois qu’on a flâné sur Nathan Road. On y allait un peu pour ça d’ailleurs.

nourriture de rue hong kong

Les bons calamars grillés et marinés, c’est pour qui…?

A faire le soir, quand la nuit est tombée, que la rue est bondée et que les stands tournent à plein régime. N’hésitez pas à emprunter les ruelles perpendiculaires à Nathan Road, vous pourriez y faire de belles découvertes.

 

 

Le restaurant flottant : Il fallait bien qu’on fasse, à l’insu de notre plein gré, au moins une fois dans le séjour, un truc typiquement attrape-touriste… avec le dîner dans le restaurant flottant, on a eu notre dose pour les vacances.

restaurant flottant jumbo hong kong

Ho le joli restaurant qui flotte…

En gros, tu bouffes dans un restaurant décoré à l’ancienne (dorures de partout, tapis rouge au sol et mobilier style « Ancien Empire Chinois »), le personnel vient te déposer des (soi-disant) spécialités Hongkongaises au milieu de la table où tu es assis avec pleins d’autres couillons clients comme toi mais que tu ne connais pas.

Vous l’avez compris, on n’a pas été emballés. Pour manger des encornets à la sauce aigre-douce, une pâle copie de soupe Pékinoise ou des trucs du même tonneau, pas besoin d’aller dans ce genre d’endroit qui a tendance à s’envoyer sur l’addition. D’autant plus que le petit poulet (généralement sage comme une image) avait ce soir-là été infernal à cause de la fatigue et nous avait fait un caprice d’anthologie qui nous avait fait passer pour une bonne vieille famille de boulets aux yeux des gens assis à la même table que nous. Il s’était finalement endormi au moment du dessert. Un vrai dîner spectacle.

On était reparti après s’être fait tirer le portrait (ben oui, quitte à se faire couillonner, autant le faire jusqu’au bout) sur le quai avec le restaurant en fond derrière nous. Génial.

 

 

La promenade des stars : Après 2 nuits passées dans le Novotel de notre arrivée à Hong Kong, on a décidé de prendre un autre Hôtel du côté de la baie, l’Hôtel Regal Kowloon. A quelques centaines de mètres du Novotel : un peu moins propre, un peu moins classe, un peu moins cher aussi mais largement suffisant pour une famille de trois avec un enfant en bas âge (aux alentours de 130 euros la nuit).

L’avantage de cet hôtel, c’est qu’il est tout près de la promenade des stars qui se trouve au bord de l’eau, face à l’île de Hong Kong. En fait, cette célèbre promenade est assez reposante puisqu’elle est bien isolée de la circulation et de l’agitation urbaine.

ile de hong kong de nuit

Vue de la promenade des stars : l’île de Hong Kong juste en face. Sympa non?

Vue imprenable sur les buildings immenses et illuminés du quartier d’affaires juste en face et statue de Bruce Lee en prime sur le parcours.

Pourquoi « Promenade des stars » ? Tout simplement parce qu’un peu comme à Hollywood avec ses acteurs du cru, les plus grandes stars du cinéma Hongkongais sont venues déposer au sol, sur des dalles prévues à cet effet, l’empreinte de leurs mains avec leur nom. Personnellement, j’ai eu l’immense joie et la non moins grande fierté de constater que ma main est de la même taille que celle de Jackie Chan. Je crois que c’est le seul point commun que j’ai avec lui.

promenade des stars hong kong

Sacré Jackie…

Pour en revenir à la promenade des stars, nous, on a bien aimé. Chaque soir, après une journée fatigante de marche, on venait s’y promener pour y boire un café frappé, y manger une bricole et même se faire tirer le portrait face aux gratte-ciels par des photographes professionnels. Le petit finissait toujours par s’endormir dans la poussette et on rentrait se coucher ensuite. C’est calme, c’est reposant et la vue est carrément mythique.

 

 

Lamma Island et son village de pêcheurs : Notre plus grand regret dans nos vacances Hongkongaises reste sans hésitation de n’avoir découvert cet endroit qu’à la fin de notre séjour. Si on l’avait trouvé plus tôt, on y aurait fait à coup sûr plusieurs excursions tant le cadre est sympa, et la nourriture servie géniale.

En fait, il vous faut prendre le bateau depuis le port de Hong Kong. Comptez environ 1 heure de traversée. Là, vous arrivez sur l’île de Lamma qui n’est ni moche, ni belle mais qui par contre transpire l’authenticité.

lamma island hong kong

Lamma Island : c’est pas forcément beau mais ça vaut le détour.

Cette île est en fait une des balades privilégiée des Hongkongais le weekend. Un endroit parfait pour décompresser du boulot et s’exploser le ventre en spécialités de la mer, d’une fraicheur absolue et cuisinées « minute » après que vous les ayez vous-mêmes choisies encore vivantes dans leur aquarium.

restaurant fruit de mer lamma island

Tu choisis – Le cuistot prépare – Tu te régales. C’est pas compliqué.

Oui je sais, ça peut paraitre un peu trash mais le résultat est le même quand on y réfléchit bien = les poissons que vous mangez habituellement étaient bien vivants avant d’être morts ! Bah oui. CQFD.

Pour l’anecdote, on avait choisi des ormeaux, un poisson cuisiné à la vapeur arrosé de sauce soja, des coquillages en tous genres, plusieurs gambas, des cigales de mer et peut-être aussi des tourteaux si je me souviens bien (quand on vous dit qu’on adore manger !). Servie avec ça, un bon demi de Tsingtao (bière chinoise par excellence), assis face à la mer de Chine et le tour était joué. On n’est pas bien là ? Empêche-nous !

On s’est littéralement régalés.

Comment trouver ces restaurants ? C’est très simple, quand vous descendez du bateau, vous marchez sur l’unique chemin qui longe la côte et vous croisez plusieurs établissements de ce genre. Il ne vous reste plus qu’à choisir celui qui vous inspire le plus. Le nôtre se situait à 400 ou 500 mètres après la descente du bateau.
Si c’était à refaire, au-delà de Lamma Island qu’on a beaucoup apprécié, c’est certain qu’on essaierait d’aller visiter les autres îles aux alentours.

 

 

Les restaurants de rue : Pendant toutes les vacances, on a tenu à manger local. Les milliers de restaurants de rue ont été pour nous un fabuleux terrain de jeu gastronomique, à la découverte de saveurs qu’on ne connaissait pas vraiment et à la recherche de l’authenticité de cette fameuse cuisine Chinoise réputée à travers le monde.

On a gouté pas mal de trucs : pigeons grillés, canard pékinois, raviolis vapeur maison, fondue chinoise, pâtisseries hongkongaises et même des sushis (oui, c’est pas chinois on est au courant).

Bon, il y a bien eu UNE seule et unique exception : on est allé manger une fois au Mc Do.

D’ailleurs, notre fils a découvert le bon goût des frites ce jour-là. Il a aimé. Il a même adoré. A tel point qu’à un moment donné, il a dû vouloir essayer d’en avaler une sans même prendre la peine de la mâcher.

Résultat des courses, il a instantanément gerbé tout son petit déj sur le futal d’un Hongkongais assis juste à côté et en train de lire tranquillement son journal devant son Mc Morning. On était un peu gênés. On s’est excusés mais on avait envie de rigoler. Le Hongkongais pas du tout par contre.

 

 

Le métro Hongkongais : Alors on va pas dire que le métro Hongkongais est une attraction ou un « Must See » à proprement parler. Par contre, c’est certain qu’on a été frappés par l’ambiance qui y règne.

Personnellement, j’avais une certaine appréhension le premier soir, quand on a pris le métro pour la première fois aux alentours de minuit pour rentrer à notre hôtel. Je me disais que dans une ville aussi grande, avec tant de gens, on risquait de faire de mauvaises rencontres ou d’avoir de mauvaises surprises.

Là encore, je dois avouer que je me suis complètement planté. Comme quoi les idées reçues hein…

Je me suis franchement senti rassuré par le calme, la tranquillité et la propreté du lieu. Aucune fausse note. Des gens paisibles et toujours aussi respectueux, des wagons nickels et une vraie sensation de sécurité. Et je peux vous dire que quand on est avec sa femme et son enfant en bas âge, c’est vraiment appréciable d’avoir ce genre d’impression !

metro hongkongais

« Propre, sécurisé et frais comme le métro Hongkongais » Vieux proverbe chinois.

 

 

Hong Kong, si c’était à refaire :

 

Pour être honnêtes, on a souvent dit, depuis notre retour, qu’il fallait qu’on se refasse Hong Kong un de ces quatre.
Si effectivement, cela devait arriver, il y a certains trucs qu’on ferait différemment suite à notre première expérience là-bas.

Déjà, c’est certain qu’on prendrait un hôtel légèrement excentré du cœur de la ville. Non pas pour le bruit ou les nuisances mais plutôt pour le budget. Avec des nuits en moyenne à 140€, on s’est quand même bien saigné niveau hébergement pendant ces vacances.

Et puis, vu la fiabilité du réseau et la sécurité qui règne dans les transports en commun, on n’hésitera pas une seconde à les utiliser la prochaine fois. Surtout que financièrement, on peut rapidement et facilement diviser le coût par deux. Ce qui est loin d’être négligeable.

Ensuite, on n’hésiterait pas à sortir de la ville plus souvent. Que ce soit pour visiter les nombreuses petites îles aux alentours ou encore explorer les zones plus sauvages à l’est où il y a apparemment plusieurs plages et autres coins sympas.

C’est sûr, on est loin d’avoir tout vu à Hong Kong la première fois. Disons qu’on a surtout découvert le côté hyper urbanisé de Hong Kong. Il nous reste maintenant à explorer la belle sous son aspect plus sauvage. Notre petit a bien grandi, on sera plus tranquilles pour le faire la prochaine fois.

hong kong sauvage

Hong Kong, ce n’est pas que des building… A découvrir la prochaine fois!

Enfin, pour terminer sur un aspect plus technique, il est certain qu’on s’équiperait un peu en produits de premier secours et autres médicaments au cas où. En fait, on s’est rendu compte qu’on n’était pas au point à ce niveau le soir où notre petit poulet s’est éclaté l’arcade sourcilière sur le rebord de la table en verre de notre chambre d’hôtel (vers la fin du séjour).

Ça saignait un peu et on avait oublié de prendre des pansements et du désinfectant.

Je suis donc descendu de l’hôtel avec l’espoir de trouver une pharmacie et d’acheter ce qu’il fallait. Finalement, j’ai pas réussi à trouver autre chose que des herboristeries qui sont pour leur part très nombreuses.

Résultat des courses : pas de pansements, pas de désinfectant ou outre, sans parler de l’impossibilité de me faire comprendre par les commerçants et de ramener un truc pour nettoyer la plaie.

medecine hongkongaise

Hello moi Français et mal organisé. Vous avez des stéri strip…?

La blessure était bénigne mais c’est certain que la prochaine fois on emportera notre trousse avec des Steri strip, du désinfectant et des pansements. Au moins, ça nous évitera les coups de stress inutiles.

 

 

Hong Kong en conclusion :

 

D’une manière globale, le petit séjour (12 jours pleins sur place) s’est super bien passé. On s’est tous régalés et ça nous a complètement dépaysés.

Hong Kong est vraiment une ville spéciale. C’est clairement pas adapté à tout le monde.

Pour la tranquillité, la zénitude et la relaxation, il faudra repasser. En même temps, il faut être un peu à l’ouest pour aller essayer de trouver tout ça là-bas !

 

Pour résumer, on va à Hong Kong pour :

  • Trouver un décor qui ne ressemble en rien à ce qu’on a chez nous ;
  • Toucher du doigt l’effervescence d’une mégalopole électrique comme peuvent l’être Tokyo ou encore New York j’imagine ;
  • S’en mettre littéralement plein la vue dans la catégorie « jungle de béton » ;
  • Découvrir une des meilleures cuisines au monde (la cuisine chinoise) ;
  • Profiter d’une escale à Macao pour taquiner les machines à sous à seulement quelques heures de bateau ;
  • Faire de la randonnée urbaine tout en n’excluant pas la possibilité de faire des « pauses vertes » au cours du séjour (visite des îles ou des « nouveaux territoires », de la côte est ou du nord de l’île).